Accueil > News > Esprit Lacordaire a 5 ans ...

Esprit Lacordaire a 5 ans ...

« Des racines pour donner des ailes ! », C.A. du 25 mai 2007 Madame la Député, Valérie BOYER, Monsieur le représentant du Conseil Général et son Président, Monsieur Jean-Noël GUERINI, Madame Catherine GINER représentant la Mairie de Marseille et Monsieur Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, mon Père, représentant la Tutelle Dominicaine de l’établissement, Monsieur Pierre Jean COLLOMB Chef d’Etablissement de l’école Lacordaire, Monsieur le Président de l’OGEC Lacordaire, Monsieur le Président d’APEL de Lacordaire, bien chers Administrateurs de l’Association Esprit Lacordaire, bien chers partenaires, bien chers amis ... Nous fêtons avec vous, ce soir, les cinq ans d’existence de notre association. Lorsque le 25 mai 2007 les trente personnes réunies à la Chapelle de notre école ont créé cette association, un long et beau débat a retenu toute mon attention. Quel pouvait être l’objet social de cette association à venir ? Pour répondre à cette question, nous avons, comme moi ce soir, redéfini les deux mots qui constituent : l’Esprit Lacordaire. L’Esprit tout d’abord. Souvent une association se détermine par son climat, son état d’esprit. Celles qui perdurent grâce aux seuls bénévoles, ont trouvé une alchimie qui transcende les clivages, les egos, les envies de pouvoirs. Ceci représente le e minuscule de l’Esprit. Nous avons conscience ici que le e de l’Esprit est et doit être écrit en Majuscule. Mon Père, certains d’entre nous peuvent se demander quelle est la signification des miracles, des apparitions, de la présence dans notre histoire de grands témoins ou encore et de façon éclatante la venue du Christ parmi nous ? Et quelle est alors la force de l’Esprit ? Si nous avons été créés libres de conduire notre vie pour quelle raison est-il besoin de nous montrer un chemin éclairé par l’Esprit ? Le Créateur, s’est-il rapidement rendu compte de notre petitesse ou de façon plus subtile, a-t-il donné à notre condition humaine la possibilité d’appréhender par l’exemple ce que signifie le dépassement de soi ? L’Esprit avec un e majuscule nous donne donc la force et l’intelligence de choisir un chemin qui nous conduit hors de nous même. Ainsi au cours de ces cinq années des administrateurs ont quitté l’association car nos débats étaient parfois trop centrés sur la seule convivialité, d’autres aujourd’hui, ont grossi de façon étonnante notre conseil d’administration car nous sommes en chemin. Ce chemin qui nous fait reconnaître dans celui qui est à nos côtés un frère, un alter ego. Vous voyez ici le premier fondement de notre objet social, accompagner nos frères en l’Esprit. Certes cela se fait dans le cadre de l’école mais je sais que beaucoup d’entre nous ont fait de ce fondement une vraie philosophie de vie ici et ailleurs. Mais pourquoi ici à Lacordaire ? J’en viens au deuxième terme du titre de notre association. Eclairé par l’Esprit, le Père Henri Lacordaire a conduit sa vie non seulement comme prédicateur, journaliste mais aussi au sein même de la cité en tant qu’homme politique. Restaurateur en France de l'Ordre des Prêcheurs (dominicains), il apporta une vision moderne du catholicisme. Le Tiers Ordre enseignant s’attacha à l’éducation des jeunes et beaucoup d’entre nous en ont profité et en profite encore. Nous ne savions pas élève, comme il est dit dans ces murs, que nous avions une part de vérité. Le Père Henri Lacordaire l’avait compris. En tant que Chef d’Etablissement je peux certifier que les jeunes sont souvent plus près de la vérité que nous. Leur fraîcheur peut être … Ici à l’Ecole Lacordaire nous avons rencontré des maîtres religieux et laïques qui étaient à notre service et pour certains totalement. Ils étaient l’Esprit Lacordaire. Je définis ici le deuxième fondement de notre objet social : servir à notre tour. Nous avons tant reçu de nos maîtres, tellement de leurs discours et surtout de leurs témoignages que nous nous sentons comme redevable envers les générations présentes et à venir. Voici ainsi définis rapidement deux fondements de notre action, de notre projet social. Accompagner par l’Esprit (pour ceux qui ont suivi avec un E majuscule) et Servir. Mais reste qu’au fronton de notre école nous pouvons lire « Réussir pour servir ». Et j’en viens, en fait de façon détournée, à votre présence ici, ce soir. Que veut dire réussir sa vie ? Grand débat, mais nous pourrions nous retrouver dans cette vision que réussir sa vie c’est, souvent, trouver le chemin qui mène de soi aux autres. Alors chacun avec ses moyens, ses ambitions, ses talents, ses croyances nous avons construit notre vie et pensons que pour la réussir, il nous faut apporter aux autres tout ou partie des richesses que nous avons fait fructifier. Mais peut-on comparer telle ou telle action au service de l’association et des générations qui nous sont confiées ? Tout n’est pas mesurable, quantifiable sur une même échelle de valeur. Certes, nous savons bien que l’argent facilite efficacement nos actions. Mais puis-je ici comparer les chèques reçus de nos partenaires institutionnels du Conseil Général, de la Banque Populaire Provençale et Corse ou d’entreprises comme Eurovia ou Miditraçage, au temps passé par certains d’entre nous auprès d’un ancien en délicatesse avec la vie ou auprès des élèves du lycée ? Peut-on comparer les portes qui ont été ouvertes aux élèves de l’école sur les métiers du Port de Marseille, à l’Ecole EUROMED, à l’investissement de nos amis lors de nos soirées sur les métiers du droit ou encore des métiers de la santé avec l’accompagnement d’un ancien à trouver un stage, un travail ou encore l’investissent personnel de certains à rassurer, consoler ? Je ne peux le faire ainsi. Mais je pense que vous comprendrez que toutes ces initiatives ont pour moi la force de la conviction. Rien ne peut être plus important que le regard porté d’une manière ou une autre à notre prochain dans ses turpitudes ou ses rêves les plus fous. C’est pour cela que ce soir je vous dis merci de nous accompagner dans notre démarche et à l’école, par son chef d’établissement, de nous avoir ainsi ré ouvert les portes de notre école. Mais il faut bien à un moment ou un autre parler business puisque la société nous demande souvent de regarder les participations et financements à faire avec, en contre point, l’évaluation d’un retour sur investissement. Je dois vous l’avouer, nous ne souhaitons pas aborder de la sorte ce que nous pouvons bien représenter aujourd’hui, ce que nous pesons ... Je vous livre une anecdote. Un jour que je rencontrais une amie en charge des associations à la Mairie de Marseille, celle-ci me dit sans détour, que je ne pourrais pas recevoir de deniers publics tant que notre association organise autant de repas d’anciens. Dans le même sens, avec notre Trésorier, nous avons souvent quelques difficultés à répondre à nos partenaires lorsqu’ils nous demandent combien nous avons d’adhérents ? Comment expliquer notre objet social à des anciens qui pour beaucoup ne sont pas revenus à l’école sans les inviter à festoyer ensemble ? Comment évaluer les adhérents de notre association alors que le fait même de leur passage ici, fait d’eux, une parcelle de l’Esprit Lacordaire ? Faut-il parler les trois cents personnes qui ont adhérer à notre association ou des presque dix mille anciens référencés dans notre annuaire ? L’exercice est difficile mais je peux vous garantir qu’il y a des clubs de boulistes (je n’ai rien contre la pétanques) ou encore des clubs sportifs (je cours moi-même en club) qui reçoivent des aides bien plus importantes que les nôtres. Mais votre présence ici montre à l’évidence que vous avez compris que notre action, même si elle porte des fruits peu quantifiables, a le mérite d’exister pour que d’autres à leur tour Réussissent pour Servir. Je suis fier d’être un administrateur de cette association et je vous demande de nous faire confiance. Peut être un troisième fondement de notre objet social. Faire confiance. Votre retour sur investissement sera de rencontrer ici et par le biais de notre association, des personnes (jeunes ou plus anciens) qui ont appris ce qu’est la parole donnée, qui sont des entrepreneurs de leur vie et qui partagent leurs talents. Si vous leur faites confiance, si vous les accompagnez d’une manière ou d’une autre vous aurez accompli un service utile pour des personnes qui ont fait du goût du travail bien fait, de l’effort, de l’engagement et du service un style de vie. Pour terminer, je souhaiterai que nous formions ensemble un nouveau groupe social, c’est à la mode aujourd’hui, mais constitué de personnes responsables. Pas des amis qui n’est autre qu’une mauvaise traduction de mot « contact ». Mais des personnes qui donnent chacun à sa manière et avec ses moyens de quoi donner sens à notre projet social. Je vous remercie. Claude LABIT Soirée « Partenaires » du 21 mai 2012